Emission impossible: à qui profite le crime anti-migratoire

Une cinquantaine de membres du collectif “L’Emission impossible“, se sont introduits mardi vers 16h00 au siège du Mouvement Réformateur (MR) afin d’y organiser en direct une émission de radio ayant pour thème “A qui profite le crime migratoire ?“. L’émission qui vise à dénoncer la politique migratoire du gouvernement est diffusée en direct sur radio Panik et sur la page Facebook du mouvement “Tout Autre Chose“. Les activistes ont reçu l’autorisation de rester et de produire leur émission jusqu’à 17h00.

Notre action vise à dénoncer la politique migratoire du gouvernement fédéral et du secrétaire d’Etat à l’Asile et aux Migrations Theo Francken (N-VA), en occupant un lieu “impossible”. Le MR porte la responsabilité de la politique migratoire puisqu’il est au gouvernement avec la N-VA. Or, on ne l’entend jamais sur le sujet et nous voulons donc qu’il prenne position“, explique Camille, porte-parole du collectif l’Emission impossible. “A travers cette action, nous souhaitons dénoncer différents projets de lois et exactions commises à l’encontre des migrants, dont les traques dont ils font l’objet au parc Maximilien et à la gare du Nord, ainsi que les actions coordonnées entre la Stib et la police de Bruxelles dans les transports en commun visant à contrôler les migrants.

Lors de l’émission que nous voulons interactive et au cours de laquelle auront lieux différentes prises de parole, nous comptons également parler de la situation dans les centres fermés et plus généralement, de la problématiques des sans-papiers en Belgique, de l’enfermement des enfants, de l’expulsion d’Irakiens et d’Afghans et de la présence aujourd’hui en Belgique d’une mission venue du Soudan à la demande de Théo Francken. Officiellement, cette mission doit identifier des sans-papiers soudanais qui ont été appréhendés au début du mois de septembre dans le parc Maximilien et qui sont écroués en centre fermé alors que ces personnes ont souvent fui le Soudan en raison de sa politique et risque leur vie en y étant renvoyés“, conclut-il.

Le collectif “L’Emission impossible” regroupe différents activistes du réseau ADES (Réseau pour des alternatives démocratiques, écologiques et sociales), de la CRER (Collectif contre les rafles, les expulsions et pour la régularisation) ainsi que des citoyens concernés par les arrestations au parc Maximilien.

Article RTBF

Leave a Comment