Campagne #NotInMyName

Images et vidéos téléchargeables en ligne: https://lc.cx/x8PW

Quelques échos dans la presse:

—————————

Le communiqué de presse

Dans la nuit du lundi 6 novembre au mardi 7 novembre, 300 citoyens ont détourné des milliers d’espaces publicitaires et ont placés 2100 affiches dans les stations de métro, les abribus et les gares du Pays afin de dénoncer la politique anti-migratoire menée actuellement par le gouvernement belge (notamment à Liège, Leuven, Gand, Namur, Bruxelles, Charleroi, La Louvière, Vervier et Mons). Ce matin, 7.000 accroche-porte seront par ailleurs distribués dans les transports en commun, dans le but d’attirer l’attention sur le fait que la politique dite « humaine mais ferme » du gouvernement n’a qu’un seul objectif : faire disparaître les personnes migrantes, en les expulsant ou en les rendant invisibles.

Cette action est née d’une volonté de confronter les citoyens belges à l’ignominie des actions du gouvernement belge en matière migratoire. Convaincus que la plupart des citoyens belges manquent d’information et ne cautionneraient pas les pratiques de leur gouvernement en connaissance de cause, ces citoyens rappellent la nécessité de regarder la réalité en face.

Ce matin, les citoyens belges ont ainsi été confrontés, sur le chemin du travail, à trois faits injustes et révoltants qui sont invisibilisés par le gouvernement :

  1. En votre nom, la Belgique prive 1% de sa population de droits fondamentaux.

Près de 150 000 personnes sans papiers sont privées de droits et de la citoyenneté, condamnées à la clandestinité, confrontées à la répression, aux arrestations,  l’exploitation et à l’enfermement en centres fermés.

  1. Aujourd’hui, des citoyens hébergent des migrants pour les protéger des rafles.

Pour le gouvernement belge, la fin (“nettoyer” Bruxelles) justifie les moyens (rafles programmées, quotas d’arrestation, collaboration avec une dictature, expulsions illégales, mensonges) et les citoyens n’ont pas d’autre choix que de protéger les migrants de ces méthodes violentes et indignes

  1. En votre nom, la Belgique enferme des enfants et des innocents.

Le gouvernement belge prévoit de construire un nouveau centre fermé pour y enfermer des familles avec enfants mineurs. Il enferme donc en toute impunité des innocents et bafoue les droits de l’enfant.

Insistant sur la gravité de ces faits, les activistes réaffirment que les citoyens ne sont pas obligés de laisser faire le gouvernement et clament que le temps est venu de se positionner d’un côté ou de l’autre de l’Histoire. Ils renvoient tout citoyen intéressé de s’engager d’une manière ou d’une autre à visiter un site web qui décrit les divers moyens d’action (www.notinmyname.be) et appellent à manifester les 12 novembre pour la régularisation des sans-papiers et le 13 décembre pour une manifestation euro-africaine en faveur d’une politique migratoire digne et respectueuse des droits humains.

Leave a Comment